Accueil La CFDT Cadres Management à distance : un enjeu pour instaurer un télétravail de qualité

Management à distance : un enjeu pour instaurer un télétravail de qualité

La CFDT invite à une réflexion d’ensemble sur les postes éligibles au télétravail ; les managers seront encore une fois en première ligne.

De façon anticipatrice (et non prémonitoire), l’accord national interprofessionnel du 28 février 2020 portant sur diverses orientations pour les cadres, contient plusieurs constats et orientations sur le management à distance dans une perspective de renforcement et de développement.

Il insiste notamment les enjeux en termes de :

  • conciliation et d’équilibre vie pro/vie perso face au risque de trop grande porosité,
  • performance et d’épanouissement,
  • régulation de la charge et effectivité du droit à la déconnexion,
  • préservation des dimensions collectives de l’activité de travail,
  • dialogue dans les branches et les entreprises, et dans les collectifs professionnels.

Dans le cadre de ce management à distance, le texte invite à favoriser les échanges sur le travail, assurer une bonne coopération au sein des équipes, à se saisir des opportunités en termes d’organisation du travail et de marges d’autonomie, à veiller à maintenir les bénéfices que représentent les liens humains avec le collectif de travail.

Devant l’étendue de ces dimensions, l’accord invite à prendre en compte dans la formation des managers (CléaManager) les questions soulevées par le management à distance.

Ces orientations pour la qualité du management sont à prendre en considération dans les discussions à venir sur le télétravail impulsées par la CFDT.


Extraits de l’ANI du 28 février 2020

Les salariés « cadres aspirent à de nouveaux modèles organisationnels et managériaux »1, facilités notamment par les nouvelles technologies, et permettant de concilier vie professionnelle et personnelle.

“La population du personnel d’encadrement, comme le souligne l’APEC dans différentes études, appelle à une forme de renouveau des pratiques managériales qui parviendrait à concilier la multiplicité des organisations de travail (en fonction des projets et des enjeux notamment), la mobilisation des nouveaux outils numériques, et les bénéfices que représentent les liens humains avec le collectif de travail, tant en termes de performance que d’épanouissement personnel et professionnel.

Le management à l’ère de l’agilité et du numérique se caractérise dans certains secteurs par la nécessité de manager les collectifs de travail à distance (télétravail, équipes projet, etc.) ou dans des conditions évolutives (flex office).

Le rapport conjoint des partenaires sociaux du 23 mai 2017, adopté dans le cadre des conclusions de la concertation sur le « développement du télétravail et du travail à distance » donne un cadre d’analyse et d’appréhension du sujet, utile aux branches, aux employeurs et aux salariés pour mieux préparer la mise en place du travail à distance. L’ensemble des acteurs sont par ailleurs incités, lorsque cela est possible, à se saisir pleinement des possibilités ouvertes par l’ordonnance n°2017-1397, relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail, en matière de télétravail.

[..] Permettre aux cadres de concilier correctement vie professionnelle et vie personnelle, par exemple via l’accès effectif au droit à la déconnexion [..] est un facteur clé de la réussite individuelle et collective dans l’entreprise.”

Ces nouvelles pratiques managériales impliquent de nouvelles responsabilités partagées entre l’employeur et le salarié cadre, dans une recherche de performance collective et d’excellence opérationnelle, en veillant à respecter l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Elles peuvent en outre permettre de faciliter la mobilité choisie dans les zones rurales pour remédier à la disparité dans la répartition des salariés cadres sur le territoire national.

Comme le soulignait déjà l’article 17 de l’ANI du 19 juin 2013 relatif à la qualité de vie au travail, les nouvelles technologies présentent des opportunités multiples en matière d’organisation du travail et des marges d’autonomie pour les personnels d’encadrement ; elles nécessitent également une vigilance particulière de l’employeur quant à la régulation de la charge de travail, au respect des repos quotidiens et hebdomadaires, ainsi qu’à la trop grande porosité entre sphère privée et sphère professionnelle.

Une fois mise en place, la certification « Cléa manager » prévoit un module spécifique relatif à la gestion du travail à distance.

Par ailleurs, conformément aux dispositions du Code du travail relatives au droit d’expression directe et collective des salariés, les employeurs veillent à mettre en place les outils permettant l’accès des salariés à des espaces de dialogue professionnel.

De par leur niveau d’engagement, les cadres constituent un maillon essentiel de l’action pour appréhender les conditions réelles d’exercice du travail, favoriser les échanges sur le travail et assurer une bonne coopération au sein des équipes.

C’est pourquoi, dans une logique de droits et devoirs partagée avec l’employeur, permettre aux cadres de concilier correctement vie professionnelle et vie personnelle, par exemple via l’accès effectif au droit à la déconnexion, ou via un juste suivi de la charge de travail, est un facteur clé de la réussite individuelle et collective dans l’entreprise.”

- Advertisment -

Publications les plus lues

INA : révision vers l’avenir. 17 décembre 2020

INA : révision vers l'avenir. 17 décembre 2020    

Sécurité globale : ni censure, ni insécurité. Communiqué de presse commun F3C CFDT INTERCO CFDT, CFDT-SNME, SCSI-CFDT, Alternative Police

Dans une démocratie, assurer la sécurité des personnes et informer librement ces mêmes personnes ne peuvent sous aucun prétexte s’opposer et être ainsi incompatibles. Il...